MI-TIEN, Le maintien professionnel au deuxième tiers de la carrière

Jacques Limoges, Cinthia Lampron, Caroline Côté, Diane Doyon
Editions GGC
2007

42,00

Les nouveaux laissez-pour-compte du monde du travail ? Les travailleuses et travailleurs autour de la quarantaine !
Avant, au 1er tiers de carrière, il y a les emplois subventionnés, divers suivis en emploi, des tuteurs, des coachs !
Après, au 3e tiers, il y a les programmes de mentorat, les retraites graduelles, les primes de départ…
Avant comme après, les travailleuses et travailleurs font de plus en plus l’objet de mesures de rétention !

Au milieu, soit au 2e tiers, rien !
Aucunement nécessaire puisque, à toute fin pratique, ces travailleuses et travailleurs sont fidélisés – ou achetés – avec la permanence, l’ancienneté, les longues vacances, le fonds de pension aux frais de l’employeur, et quoi encore.
Ne sont-ils pas les « survivants » de nombreuses coupures et rationalisations ? De plus, avec l’allongement de la vie, le mitan et sa crise leur échappent presque !
Donc pas de problème ! Alors, il ne leur resterait que métro, boulot, dodo et impôts ?
Autant de conditions favorables pour de bons épuisements et – ne l’avouons surtout pas – pour de longs glissements dans l’obsolescence; mal aussi nocif et davantage répandu que le burnout, mais plus subtil et moins pitoyable au point où plusieurs ignoraient jusqu’ici ce mot faisant référence à la démotivation, à l’enlisement dans la médiocrité, au désinvestissement psychologique.

Description crue mais à peine caricaturale du 2e tiers de carrière, justifiant pleinement ce Guide d’animation en direction des intervenantes et intervenants auprès des travailleuses et travailleurs concernés.
Un guide pour amener ceux-ci à faire un bilan professionnel en profondeur, surtout, un bilan générateur d’Action à la suite d’une Rétrospective et d’une Prospective d’égale importance car, à ce tiers, n’y a-t-il pas autant en avant qu’en arrière ?
Pour la très grande majorité de ces travailleuses et travailleurs du 2e tiers, ce sera une action de maintien professionnel; c’est-à-dire le développement et la gestion de cet ensemble de stratégies évitant à la fois l’épuisement et l’obsolescence !
Pour les autres, entre 10 et 20 %, ce sera une action de transition : mobilités de toutes sortes, réorientation, retour aux études, partir à son compte, etc.
Quelle que soit l’alternative retenue, ce Guide crée et structure un espace de parole, un temps fort pour recadrer et réactualiser sa vie-carrière.

Pour ce faire, rien de plus efficace, à court comme à long terme, que de miser sur l’entraide déjà présente, plus ou moins explicitement, sous diverses modalités comme l’aide entre pairs, le mentorat et le codéveloppement.

TQ16 utilise des cookies pour vous garantir une expérience optimale sur notre site.

  • Pas d’articles dans le panier.